Llu 3.jpg

création 30 mars 2023

Théâtre de Choisy-le-Roi

4 avril 2023 - France

Amiens / Maison de la Culture sn

11 mai 2023 - France

Orléans / scène nationale

13 mai 2023 - Suisse

La Chaux-de-Fonds / TPR

Lulu RAFAT

Mishwâr

lecture performée / concert

avec Lulu Rafat (poèmes en Arabe) et Sophie Agnel (cordophone)

surtitres français

Mishwâr (en arabe : voyage/marche) est un récitatif poétique qui évoque les traumatismes auxquels nous sommes collectivement confronté.es dans nos propres corps, nos maisons et nos rues, et qui nous laissent dans un monde nu, luttant pour reconstruire l'amour, la sécurité et la compassion que nous n'avons jamais reçus.

Mishwâr rappelle les voyages que nous entreprenons tous pour trouver notre véritable moi dans un monde qui s'effondre ; notre place au milieu des dépossessions sans fin ; et notre voix face à la tutelle et à l'autorité qui contraignent nos tentatives autonomes de vie.

Mishwâr est un espace sûr où partager les histoires qui forment le cœur de l'expérience humaine universelle - l'exil dans le foyer, la solitude dans l'amour, la beauté dans la douleur - et déconstruire nos perceptions du monde, des autres et de nous-mêmes, en utilisant le langage comme puissant outil de guérison.

Ma petite maison au Canada

                     (extrait de Mishwâr)

 

Le facteur trouve aisément

ma petite

maison

au Canada.

Lui, parmi tous les autres,

compte vraiment pour moi !

                    Pourquoi ?

Il a un véhicule.

Et moi,

tout ce que

                    j’aime

 

est

si

                    loin.

Dans ma petite maison

au Canada

il y a une horloge au mur.

Elle ne marche pas vraiment – je ne le souhaite pas ;

elle me rappelle juste

mes échecs

à synchroniser                

tête, cœur

et corps

– chacun son heure.

Donc quand j’ai eu à migrer

je me suis bien assurée

– et je continue –

de pouvoir calculer le décalage.

Sur chaque meuble

dans ma petite maison

je mets un peu de moi

un dessin

un vers

personnaliser ce qu’on donne aux masses

comme vaincre

la quasi-divine machine

qui nous veut

tous

les mêmes 

alors que l’Histoire

m’a férocement appris

à redouter

les foules.

Sans cesse je déplace

mes plantes, mes meubles,

mes frontières.

Sur le mur le dessin d’une femme sans visage,

et ces mots : « début du mishwâr »

Au-dessous j’ai tracé

                    mon nom ;

                    car si la route me

                    croit morte

                    mon cœur bat ? – lentement,

                     ma respiration ? – lourde,

                     ma force ? – inexistante,

                     mon esprit ?

                     mon âme, mon corps ? – r                                              retournés à la

                    poussière,

                    alors je fais

                     mes adieux.

 

                     Mes mots ? toujours

                     gardent la vie -

Sophie Agnel est une improvisatrice française (piano préparée) de renommée internationale, passant de l’exercice exigeant du solo aux multiples rencontres in situ avec les plus grands maîtres de l’improvisation contemporaine (Michel Doneda, Daunik Lazro, Olivier Benoît, Catherine Jauniaux, ErikM, Roger Turner, Phil Minton, John Butcher, Jean François Pauvros, Thurston Moore, Joke Lanz).

En 2014, elle rejoint pour 4 ans l'Orchestre National de Jazz (ONJ) sous la direction d'Olivier Benoît.

Elle participe régulièrement à la création de performances texte/musique basées sur des œuvres majeures et exigeantes : Testimony  de Charles Reznikoff, La passion selon G.H. de Clarice Lispector.
 

Elle a aussi conçu un étonnant instrument électroacoustique expérimental, le cordophone / nOpiano, association d’une sorte de petit cadre de piano et d’un manche de basse électrique.

http://sophieagnel.net/