rasha.jpg

Rasha OMRAN

Celle qui habitait la maison avant moi 

 

 

spectacle intégralement bilingue arabe-français

avec Rasha Omran (poèmes en arabe), Nanda Mohammad (poèmes en français), Isabelle Duthoit (chant)

Christophe Cardoen (lumières)

Henri jules Julien (mise en scène)

Le recueil Celle qui habitait la maison avant moi est une série de monodrames du « je » d'une femme seule qui vit au centre-ville d’une mégapole dans un appartement  hanté par la femme seule qui y habitait auparavant : solitude et isolement, échecs amoureux, sentiment de perte.

Le spectacle est un oratorio à trois voix : celle en arabe celle de la poétesse elle-même ; celle en français de la grande actrice syrienne francophone Nanda Mohammad ; et dans un idiome non identifié, la voix inouïe de l’improvisatrice française Isabelle Duthoit.

 

Sur une scène vide, dans la pénombre mouvante d’un poète de la lumière, Christophe Cardoen.

The-Woman-Who-Dwelt-in-the-House-Before_Rawabet_2nd-day_ (77).jpg
The-Woman-Who-Dwelt-in-the-House-Before_Rawabet_2nd-day_ (92).jpg
The-Woman-Who-Dwelt-in-the-House-Before_Rawabet_2nd-day_ (15).jpg

20-21 octobre 2021 - Égypte

Le Caire / Festival D-CAF

16 au 19 juillet 2022 - France

Festival d'Avignon

21-22 mars 2023 - France

Blois / Halle aux Grains

24-25-27 mars 2023 - France

Saint-Nazaire / Athénor

29 mars 2023 - France

Vitry-sur-Seine / Théâtre Jean Vilar

4-5 avril 2023 - France

Vandoeuvre / CCAM sn

6 avril 2023 - France

Amiens / Maison du Théâtre

10 mai 2023 - France

Nantes / Maison de la Poésie

12 mai 2023 - France

Orléans / scène nationale

14-15 mai 2023 - Suisse

La Chaux-de-Fonds / ABC

Chaque fois que j'essaie d'écrire sur l'amour, l'autre femme tend la main et m'arrache les doigts du clavier

La femme sauvage

L'ensauvagée qui me ressemble

 - - - -

 

Il y a un grand miroir sur la porte de la chambre

Si je me tiens devant

Je vois le visage de la femme qui habitait la maison avant moi

La femme que je ne connais pas

Un récit après l'autre

Je sais le détail de ses secrets

Chaque fois devant le miroir

Le grand miroir sur la porte de la chambre

Où l'a fixé la femme solitaire qui habitait la maison avant moi

 

- - - -

 

Si j'avais habité la maison avant elle

J'aurais fait de même

Enlevé l'œil de bœuf à la porte d'entrée

Laissé ouvert le trou

Que l'œil de chacun puisse

Épier

Ma solitude